Chez Wam

"Mon meilleur conseil à l'attention de quelqu'un qui veut se mettre à faire de la musique : imaginez que la musique est une grande Mona Lisa et dessinez-lui une moustache !",

Flea.

:-)

samedi 19 mai 2012

La Chanson Du Samedi Soir :-) : Donna Summer - I Feel Love (1977)






Depuis avant- hier, et depuis l'annonce de son décès, les articles et les hommages affluent en grand nombre sur les réseaux sociaux... On peut se demander en quoi une chanteuse de Disco, courant musical assez chahuté, fait autant parler d'elle... En fait, elle représente à elle seule toute une époque de strass et de paillettes, de pantalon "patte d'éph" et col "pelle à tarte" et autres chaussures compensées mais aussi une époque de débauche sans aucune limite ni tabous, une période sombre pour l'histoire du Rock diront certains mais c'est aussi l'un des points de départ de l'apparition des musiques électroniques.

Donna Summer, de son vrai nom LaDonna Andrea Gaines, fille d'une famille d'ultra croyants, chantant dans la chorale d'une église d'une maison de quartier, n'était pas franchement destinée à signer le genre de titres qu'on lui connait et pourtant, elle plaque tout en 1967 pour devenir chanteuse professionnelle. Elle intègre un groupe de rock blanc qui tourne régulièrement sur Boston et New York. La bàs, elle auditionne pour prendre la place de Melba Moore dans la comédie musicale "Hair". Mais elle est finalement embauchée pour jouer dans la version allemande. Elle part donc pour l'Allemagne en 1971, et épouse un certain Helmut Sommer (dont elle chopera le patronyme au passage). Elle tourne dans différentes comédies musicales, devient choriste dans un groupe dont fait partie une des futures chanteuses de Boney M, Liz Mitchell, sur un disque de neuf chansons. En 1974, profitant d'un malentendu sur l'heure d'un rendez-vous avec des musiciens, elle fait écouter ses propres compositions aux producteurs Pete Bellotte et Giorgio Moroder (le compositeur de la BO du film Midnight Express). Bingo ! "Lady Of The Night" sort en 1974. Après cet album, elle enregistre un single, titre aux paroles évocatrices entrecoupées par le son d'une grosse caisse, d'une basse, et d'un synthé, et rapidement repérée par Neil Bogart, patron d'un label new yorkais, qui l'entend lors d'une fête privée.  Mais étant donné son caractère explicite, bons nombres de radios vont l'interdire, ce qui n'empêche en rien son succès phénoménal dans les discothèques et d'atteindre le million de ventes en février 1976. S'ensuit de nombreuses collaborations avec Bellotte/Moroder jusqu'à ce tournant définitif avec le cultissime "I Fell Love" qui marque une rupture avec le Disco classique, sur l'addition de ce sacro saint synthé cher aux courants qui vont suivre...
 
Le courant disco a franchement éclipsé le rock qui est vu comme une musique de masse critiquée par les fans et amateurs de sons rocks purs et durs. En fait, le contexte de l'époque étant assez difficile, les gens cherchaient un moyen de se distraire et de se défouler qu'ils ne trouvaient pas forcément dans le Rock, et dans le Punk plus exactement, réponse négative à l'engouement Hippie qui s'éteint : ce courant, qui a émmergé dans les 70's aux Etats-Unis, dans la Factory d'Andy Warhol - avant d'atterir en Angleterre -  remettait en cause le système de valeurs du monde occidental; finalement, un tantinet trop engagé pour certains qui se tournèrent vers une musique plus festive, en l'occurrence vers le disco. Le disco est critiqué pour son côté superficiel. Ses détracteurs le qualifient de musique de débauche car les thèmes abordés dans les textes sont la sexualité et la vie de la nuit (alcool, drogue, fête), une certaine exubérance qui s'oppose donc au Rock (toute relative car l'exubérance des New York Dolls a aussi marqué le Glam Rock à la même époque). Le courant va tout de même toucher une certaine franche du Rock avec des groupes comme Blondie qui ajoute une touche disco à leur musique ("Heart Of Glass" en 1979). 

Donna Summer est plus que l'icone d'une période, c'est une légende. Par son association à un producteur aussi novateur que Giorgio Moroder, ses tubes marquent durablement la musique : l'introduction des synthés, parallèlement à Kraftwerk qui inflence les futurs courants Post-Punk/New Wave et Synthpop (le disco touche aussi ce dernier courant), génère les futures musiques éléctroniques comme la House Music, que l'on voit fleurir principalement en discothèque et encore aujourd'hui. Finalement, le Disco, "Musique du péché", n'a jamais réellement disparu bien qu'il ait été déclaré mort au début des 80's, mais pas le Sida qui fait sa triste apparition...




I Feel Love (Je Me Sens Amoureuse)

Ooooh c'est tellement bon (x 5)
Ooooh je suis amoureuse (x 5)
Ooooh je me sens amoureuse (x 5)

Je me sens amoureuse (x 3)

Ooooh tomber librement (x 5)
Ooooh toi et moi (x 5)
Ooooh je me sens amoureuse (x 5)

Je me sens amoureuse (x 3)

Ooooh je veux t'avoir (x 5)
Ooooh ce que tu fais (x 5)
Ooooh je me sens amoureuse (x 5)

Je me sens amoureuse (x 5)



Ici C'est Sympa Aussi :-))